Sonko-Adji Sarr : Ld debout et Frapp appellent “citoyens et démocrates à s’opposer”

Mentions legales

Le jeudi 18 février 2021, une délégation de la LD Debout a reçu, à son siège, une délégation de FRAPP/France DEGAGE. Sur l’affaire Sonko-Adji Sarr, les populations sont appelées “à s’opposer par toutes voies légitimes à l’utilisation des moyens de l’Etat et de la justice pour toujours combattre” le “patriote”.

Selon un communiqué parvenu à Senego, “les deux délégations ont évoqué les liens de camaraderie et de solidarité militante qui lient beaucoup de responsables de leurs organisations et échangé sur la nécessité et l’urgence de mutualiser leurs efforts et leurs initiatives à travers notamment des concertations permanentes et des activités communes en vue de contribuer de leur mieux à la défense de la démocratie et de l’état de droit, la lutte contre les spoliations des terres, les licenciements abusifs“.

“La Délégation de FRAPP FRANCE DEGAGE, après avoir fait le point sur toutes les luttes engagées et les résultats encourageant obtenus à cet effet, a salué la constance de la LD Debout dans la lutte ainsi que sa fidélité aux valeurs et principes de gauche. FRAPP FRANCE DEGAGE a demandé à la LD Debout d’intégrer le Front Multi-luttes DOYNA“, poursuit la note.

Et “en attendant de s’en remettre à leurs directions respectives pour délibérer sur ces questions évoquées, les deux délégations ont convenu d’œuvrer de toutes leurs possibilités à l’unité des fronts de lutte contre les dérives du pouvoir en place et les oppresseurs des populations et pour l’émergence d’une direction nationale pour tous ces fronts“.

“Déjà, les deux délégations appellent les citoyens et tous les démocrates à s’opposer par toutes voies légitimes à l’utilisation des moyens de l’Etat et de la justice pour toujours combattre, et encore plus aujourd’hui avec le cas de Monsieur Ousmane Sonko Président de PASTEF, des adversaires politiques. Les deux délégations exigent la libération des jeunes détenus à la suite d’une manifestation de soutien actif à leur leader et l’arrêt immédiat des rafles préventives en cours d’opération dans les rangs de PASTEF, mais pas seulement, et rappellent expressément à Macky Sall, mais aussi à l’opinion publique que de telles pratiques, tristement propres aux dictatures les plus sombres de l’histoire, sont totalement inacceptables en démocratie, et surtout en 2021“, conclut-on la note.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *