Khaled Drareni enfin Libre : L’ UPF étale sa satisfaction

Mentions legales

L’Union de la Presse francophone (UPF) internationale exprime une immense joie et son grand soulagement suite à la libération du journaliste Khaled Drareni. Elle l’a fait savoir à travers un communiqué.

Après 11 mois de détention à la prison de Koléa, en Algérie, notre confrère est sorti libre, vendredi 19 février, et a pu retrouver sa famille et ses amis. Il a bénéficié de la grâce accordée par le président Abdelmadjid Tebboune à des dizaines de détenus d’opinion, incarcérés entre 2019 et 2020. 

Membre éminent de la grande famille UPF, représentant de l’UPF en Algérie, Khaled Drareni est devenu le symbole de la liberté de la presse dans le monde entier. Cible de multiples pressions et d’intimidations, Khaled a su résister avec courage. Il avait été interpellé deux fois de suite : d’abord, le samedi 7 mars 2020, en plein exercice de son métier de journaliste – au moment où il couvrait la marche populaire dans le centre d’Alger et les arrestations musclées de ses participants par les forces de l’ordre. Ensuite, le 29 mars 2020, alors qu’il couvrait une manifestation du Hirak. Il sera condamné en appel à deux ans de prison pour “incitation à une manifestation non autorisée” et “atteinte à la sûreté de l’Etat” – une condamnation qui fait bondir la communauté professionnelle internationale. C’est tout naturellement qu’une chaîne de solidarité nationale et internationale s’est formée autour de lui.

Jusqu’à son jugement et pendant toute la période d’incarcération, Khaled a eu les mots justes et inspirants pour tous les journalistes libres en Algérie et bien au-delà : « Je n’ai fait que mon métier de journaliste ». Un message que clamaient tout au long des 11 mois de sa détention ses confrères en Algérie et dans le monde.

L’UPF internationale s’est mobilisée, par la voix de ses dirigeants et de ses membres à travers le monde, aux côtés d’autres organisations internationales et professionnelles, pour appeler à la libération de Khaled Drareni. Cette mobilisation sans relâche, depuis le premier jour et jusqu’au moment de sa libération, a porté ses fruits.

L’UPF internationale remercie aujourd’hui toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés et se réjouit que Khaled Drareni puisse retrouver l’exercice de son métier de journaliste libre et indépendant.

A .F
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *