DIGITALISATION DE L’AGRICULTURE : « Agri-Tech Tunisia » la nouvelle brèche innovante des entreprises agricoles sénégalaises

Mentions legales

40 entreprises agricoles pourront bénéficier d’une modernisation et de la digitalisation de leurs processus de production et de transformation. Si l’on en croit les propos du directeur général de STECIA International, M. Walid Gaddas suite à la présentation du projet « Agri-tech Tunisia ». Ce programme développé par sa structure souhaite développer des partenariats gagnant-gagnant entre le secteur agri-tech tunisien et le secteur agricole et agro-alimentaire de l’Afrique de l’Ouest. Et le choix du démarrage dudit projet est porté sur le Sénégal. Il s’exprimait lors d’une conférence de presse virtuelle tenue hier, mercredi 25 aout 2021.

A l’image de l’évolution très rapide de la technologie numérique dans l’agriculture, l’Afrique ne compte pas être en reste dans ce secteur. A cet effet, pour  faciliter à ses entrepreneurs agricoles, la société tunisienne STECIA International, a développé  le programme « Agri-tech Tunisia »  qui vise à apporter des solutions les plus innovantes et les plus adéquates pour relever les défis de ce secteur stratégique.

« Appuyé par le programme Innov’i – EU4 Innovation, financé par l’Union européenne et mis en œuvre par Expertise France et visant à soutenir le renforcement, la structuration et la valorisation de l’écosystème de l’innovation et de l’entrepreneuriat, le projet « Agri-Tech Tunisia » fournit un appui marketing et un coaching personnalisé pour les startups établies du secteur agri-tech ayant des solutions en phase de commercialisation », explique M.Walid Gaddas, directeur général STECIA International. 

Le Sénégal offre de réels atouts justifiant le choix porté sur lui pour le démarrage.

‘’Nous avons pensé que le Sénégal offre plus d’opportunités pour le démarrage dans la sous-région de ce projet. C’est un pays, un hub commercial dans la sous-région politiquement stable. Le secteur agricole connaît une transformation qui requiert de la technologie’’, indique-t-il.

M. Gaddas d’ajouter : ‘’C’est plus facile de commencer par le Sénégal et aller vers d’autres zones. Nous connaissons l’importance de la place du Sénégal dans l’économie en Afrique de l’Ouest’’ . Non sans préciser avoirt misé sur les ‘’excellentes’’ relations diplomatiques, les liens historiques et commerciaux ‘’très forts’’ ainsi que les échanges entre les deux Etats dans plusieurs secteurs, pour démarrer le projet à Dakar.

 La position stratégique du secteur agricole sénégalais qui est en train de connaître un essor, et de résister dans un contexte marqué par la pandémie de COVID-19 a été également mis en avant. ‘’Le Sénégal est un pays stable. Des liens historiques très forts unissent nos deux Etats et nous avons des vols directs entre Dakar et Tunis’’, a-t-il ajouté. Sur ce, il  sera procédé au Sénégal une sélection de 40 entreprises et une rencontre B to B le 22 mars 2022 à Dakar entre des start-ups tunisiennes et des entreprises sénégalaises. «  cette coopération se fera au niveau institutionnel pour développer davantage les échanges d’expériences entre les écosystèmes entrepreneuriaux tunisien et sénégalais et au niveau du secteur privé par la mise en relation entre 5 start-ups tunisiennes et 40 entreprises du secteur agricole et agroalimentaire sénégalaises. Le projet permettra donc d’initier un partenariat gagnant-gagnant dans lequel le secteur agricole sénégalais, pourra avoir accès aux dernières technologies disruptives et au savoir-faire des startups tunisiennes, pour améliorer sa durabilité et sa compétitivité sur le marché local, régional et international », explique –t-il. M. Gaddas indique que l’ambition avec ses partenaires est de faire en sorte que les pays africains atteignent l’autosuffisance alimentaire 

 « Nous sommes convaincus que le développement de l’Afrique passe avant tout par la modernisation et la digitalisation de son agriculture. Notre but est véritablement de contribuer au renforcement du secteur productif pour répondre à des urgences d’actualité tel que les problématiques du changement climatique, de la raréfaction des ressources naturelles, de la sécurité alimentaire, mais aussi de la création d’emplois à forte valeur ajoutée, de la croissance économique et du positionnement stratégique du continent africain ».

Toutefois, il faudra note que  le projet qui  est actuellement dans la dernière phase de sélection des start-ups tunisiennes, commencera à partir du jeudi 26 août 2021, la phase d’inscription des partenaires sénégalais à travers un appel à candidatures, à l’issue duquel les 40 entreprises agricoles innovantes seront sélectionnées.

Adama Faye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *