Décès d’IBK / Alioune Tine : «Pourquoi je suis intervenu pour sa libération»

Mentions legales

Ibrahim Boubacar Keïta a rendu l’âme ce dimanche à l’âge de 76 ans. Un décès qui ne laisse pas indifférent Alioune Tine. Sollicité par Dakaractu pour un témoignage sur le défunt, le fondateur du Think Thank Africajom Center se dit attristé par la mort de l’ancien président du Mali.

Décès d’IBK / Alioune Tine : « Pourquoi je suis intervenu pour sa libération »



« Tout le monde s’accorde à reconnaître son patriotisme et son amour profond pour le Mali, mis à part les controverses sur son bilan en tant que président », confie Alioune Tine à Dakaractu. « C’est un homme d’une grande érudition, humaniste et fidèle en amitié. Nous avons été témoin de son chagrin quand il était venu aux funérailles de son ami Ousmane Tanor Dieng », se rappelle l’ancien directeur exécutif de la Raddho. 

Arrêté par la junte en août 2020, Ibrahim Boubacar Keïta a été placé en détention à Kati avec son Premier ministre d’alors, Boubou Cissé. Défenseur des droits humains, Alioune Tine avait demandé sa libération. Un acte qu’il explique aujourd’hui par l’impératif d’assister le pays à promouvoir et protéger les droits de l’homme, en sa qualité d’expert indépendant des Nations-Unies au Mali. Alioune Tine se réjouit que « notre intervention ait pu contribuer à sa libération ». « On est également intervenu pour qu’il puisse avoir la possibilité de communiquer », poursuit-il.

Gagné par la maladie, IBK avait obtenu des autorités actuelles du Mali l’autorisation de se faire soigner à l’extérieur. Mais à en croire Alioune Tine, l’ancien président n’était plus lui-même et aurait même perdu le goût de la vie. « Homme de culture adorant la lecture, il ne lisait plus… », a révélé le président fondateur d’Africajom Center. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *