Renonçant à la Manif’ interdite de ce 29 juin : Yewwi se justifie…

Mentions legales

Les leaders de la coalition Yewwi Askan wi ont donné les raisons pour lesquelles ils reportent la manifestation interdite de ce mercredi, à une date ultérieure.  Ousmane Sonko et Cie ont fait montre leur sens de l’écoute à « beaucoup de concitoyens leur demandant de sursoir cette mobilisation de tous les risques en cette veille de la fête de Tabaski. » Laquelle manifestation pourrait engendrer des dégâts chez les commerçants et autres vendeurs de moutons.» Sauf que le leader de Pastef-les patriotes et le mandataire nationale Déthié Fall n’ont raté le régime de Macky. Yewwi a décidé de participer aux prochaines élections. En attendant, un nouveau concert de casseroles est prévu ce jeudi à 20 heures.

Yewwi a encore « répliqué» au lendemain de la libération des députés, maire et autres 120 personnes arrêtées lors des manifestations du 17 juin 2022. L’un des victimes, Déthié Fall, a ouvert les hostilités en décriant leur arrestation et leur emprisonnement. Pour le député, «c’est un enlèvement et une séquestration d’opposants. Macky Sall m’a arrêté avec Ahmed Aïdara, Mame Diarra Fam et beaucoup d’autres membres de la coalition et sympathisants. Parce que lui ne connaît pas la prison c’est pourquoi il emprisonne les opposants.» Mais, « on s’adapte à tous les environnements. J’ai eu en prison des amis et tous les après-midi on jouait au football. Je remercie tous les détenus qui sont là-bas. À chaque fois qu’il nous emprisonne qu’il se rende compte que ça ne fait que nous renforcer. Ça nous motive et renforce nos convictions. On se bat pour le Sénégal et pour que notre pays retrouve sa dignité». L’opposant de menacer : «qu’on m’emprisonne six mois avec sursis, deux ans avec sursis. Je ne serai jamais en sursis dans ce pays. Personne ne peut m’empêcher de bouger. Que Macky Sall sache qu’on fera face à lui et je demande aux Sénégalais de se battre contre ce régime ».

Yéwwi encore en concert de casseroles, ce jeudi

Le président du parti «Pastef-les patriotes» et pas n’importe lequel  leader de cette coalition qui a récidivé en invitant leurs militants et sympathisants à rééditer le concert réussi le 22 juin, ce jeudi à 20 heures, cette fois-ci, il va durer une demi-heure. «On prévoyait de le faire le vendredi, mais nous allons le faire demain (jeudi) à 20 heures. Que tout le monde y participe. Pour cette fois ci, ce ne sera pas pour dix minutes, mais pour trente 30 minutes. » Cette nouvelle stratégie politique consiste les responsables de Yéwwi à exprimer leurs désapprobation à-vis de la gestion du pays par le chef de l’Etat Macky Sall et montrer à ce dernier «que le peuple l’a désavoué.» Une ambiance indescriptible et politiquement amusante sera au menu.

Législative 2022, Yewwi participera aux joutes…

Toujours est-il que le tonitruant Sonko demande aux sénégalais de bien se munir de leur carte  pour aller le 31 juillet exprimer leur devoir de vote. Puis que selon, le maire de Ziguinchor, « il faut infliger au président de la République une cuisante défaite lui empêchant d’avoir la majorité à l’Assemblée nationale. Comme Macron l’a vécu en France. Cela permettra  de bien régulier la gestion du gouvernement dans l’intérêt du pays.  Toutes nos listes départementales et nationales sont valables. Ce sont des listes des suppléants. » Alors Ousmane sonko, Khalifa Sall et autres ont fait marche arrière. Eux qui menaçaient  « qu’il n’y aurait pas des élections sans leur tète de listes Ousmane Sonko.»

Drame à Mélilla, Yéwwi raille Macky et exige une enquête…

Autres préoccupations évoquées dès l’entame de ses propos : le drame survenu à Kafoutine suite au chavirement d’une pirogue en pleine mer. D’après ses informations, « il y avait 100 jeunes dont 14 morts à bord. Avant cela, il y a eu la catastrophe à Melilla et nous présentons nos condoléances aux familles. » « Le patriotes » Sonko de railler le président Macky Sall « qui lieu de se soucier des ravages qui emportent sa jeunesse en désarroi, est allé faire le clown au sommet du G7. « Nous exigeons l’ouverture d’une enquête sur le drame de Melilla avec la participation de tous pays africains qui ont un ressortissant qui a perdu la vie dans ce drame. Ceci traduit l’échec des dirigeants africains.  La jeunesse est en train de mourir dans les océans pour rejoindre l’Europe parce qu’ils n’ont pas de travail ici, c’est ça la réalité de l’Afrique. Nous africains, nous devons comprendre que nos destins sont liés et que les gens ont suffisamment travaillé à nous diviser et nos chefs d’Etat actuels ont accepté de jouer ce jeu. Soit pour servir leur propre intérêt et leur famille. Et il est plus que temps que cela s’arrête », a plaidé Ousmane Sonko.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *