Sorties de certains députés français, Benno dénonce : « Cette attitude est incompréhensible et inacceptable »

Mentions legales

La coalition Benno Book Yaakaar vient de répondre officiellement aux tweets des députés français Jean Luc MELENCHON  et Olivier FAURE. Ces derniers ont critiqué la gestion du régime de BBY. En répliquant, la coalition présidentielle charge ces deux hommes politiques français. Voici l’intégralité la déclaration de la coalaition que dirige le président Macky Sall.

Les élections législatives seront organisées dans notre pays le 31 juillet prochain. Nombre de coalitions et de partis ont voulu participer à ces élections. Le code électoral permet à toutes les coalitions de partis politiques, aux partis et à la société civile de participer librement aux élections moyennant le dépôt de parrainages, d’une liste nationale, composée d’une liste de candidats titulaires et d’une liste de suppléants, et de listes  départementales. 

La participation de certaines coalitions a été refusée pour insuffisance de parrainages ; d’autres listes ont été éliminées par le système judiciaire électoral pour non-respect de la parité (liste proportionnelle nationale des suppléants de notre coalition ) ou du nombre de candidats requis (liste proportionnelle nationale des titulaires de YEWWI). La coalition YEWWI a refusé la décision judiciaire et l’a contestée dans des manifestations de rue violentes et sanglantes, alors même qu’une première manifestation  contre le verdict du Conseil constitutionnel a été permise et encadrée pacifiquement par les autorités le 8 juin 2022.

Une deuxième manifestation sur le même thème prévue dix jours plus tard a été interdite en raison d’une disposition du Code électoral rappelée par le Haut Conseil de l’Audiovisuel. 
C’est cette deuxième manifestation qui a donné lieu à des actions de violence visiblement préparées de longue date. La police et la justice sénégalaises ont mis à jour à cette occasion un réseau de violence extrémiste impliquant des hommes des maquis narcotrafiquants et une procédure judiciaire est en cours à ce propos. 

En démocratie, la décision du juge électoral doit être acceptée par tous. C’est un principe élémentaire connu de tous.  Pourquoi certains en France acceptent-ils la décision du juge électoral et appellent-ils à la rejeter  chez nous ? Cette attitude est incompréhensible et inacceptable. Si Éric Zemmour, promoteur zélé du « sentiment anti-sénégalais », dans la classe politique française, avait été l’auteur de ces Tweets méprisants pour la démocratie sénégalaise, nous n’aurions peut-être pas réagi. 

Nous aurions sereinement attendu que la justice française se prononce sur la plainte déjà déposée contre lui par le Sénégal. Parce que nous sommes respectueux du peuple français et de ses institutions.  Mais le besoin de réagir devient  irrépressible quand le mépris provient de leaders se réclamant d’une gauche que nombre de responsables sénégalais ont soutenue par le passé en raison de ses origines internationalistes. Une gauche dont, malheureusement, certains dirigeants se sont depuis longtemps moulés dans le confort de l’ordre bourgeois et de l’oppression néocolonialiste,  qui aboutissent à pérenniser la marginalité et la pauvreté des populations africaines.

C’est ainsi que la démocratie sénégalaise est considérée comme une sous-démocratie. 
Tout le monde comprend que la mobilisation de l’opposition provient principalement de l’inculpation de Ousmane Sonko suite à une plainte pour viol d’une jeune fille. Ousmane Sonko veut coûte que coûte empêcher par la violence et l’intimidation la tenue d’un procès équitable. 14 jeunes sont morts en mars 2021 suite à son refus de répondre à la justice et à son appel à l’insurrection. Et cet homme a visiblement le soutien aujourd’hui de ces deux leaders de la gauche française dans cette sombre entreprise. 

Comment la gauche si intransigeante à combattre le viol peut-elle au nom de la démocratie défendre avec acharnement un présumé violeur ? Au nom de ces représentations totalement amorties, quand des députés appellent à des manifestations violentes occasionnant trois morts après ceux de mars 2021, de nombreux blessés et d’importantes destructions matérielles, pour s’insurger contre une décision régulière du Conseil constitutionnel, la justice sénégalaise qui instruit le dossier ne peut qu’être « instrumentalisée ». Ce serait le comble si des juges africains pouvaient être aussi compétents et indépendants que leurs collègues français !

Tout en reconnaissant leur droit de s’intéresser à la vie politique sénégalaise et de soutenir leurs amis, même quand ils sont fautifs, nous invitons solennellement MM. Mélenchon et Faure à faire preuve à l’avenir du minimum de respect vis-à-vis du peuple sénégalais, dont les traditions démocratiques ne sont ni moins anciennes ni moins ancrées que celles du peuple français frère. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *