Aliou Cissé : « Si les joueurs font les bons choix, on a la capacité de marquer beaucoup de buts… »

Mentions legales

Le sélectionneur des Lions est passé en salle de presse après le match nul (1-1) contre l’Iran ce mardi, en Autriche.

Aliou Cissé : « Si les joueurs font les bons choix, on a la capacité de marquer beaucoup de buts » - wiwsport

Quels enseignements tirez-vous de ce match ?

Je préfère faire un bilan sur l’ensemble des deux matchs. On est ensemble depuis pratiquement 10 jours et on était partis avec 29 joueurs mais, à l’arrivée, il y a eu 26 joueurs qui ont été gardés. Sur le match contre l’Iran ? C’est un match intéressant dans son contenu. Mais, comme on l’a souvent dit, nous devons continuer à travailler l’efficacité. On avait le droit d’espérer de marquer au moins un deuxième but voire un troisième voyant le nombre d’occasions qu’on s’est créé. Quand vous avez des occasions, il faut les mettre au fond. Mais c’est un axe de travail.

Est-ce que cela veut dire que l’attaque sera l’un des chantiers à travailler ?

Ça ne m’inquiète pas pour autant. On a des joueurs avec de la qualité pour marquer beaucoup de buts. Mais dans des zones où il y a beaucoup de défenseurs, il faut plus de justesse technique, il faut à un moment donné voir avant de recevoir. On a manqué de qualités techniques sur certaines actions décisives et on n’a pas parfois fait les bons choix. Il faut continuer à travailler sur ça. Le plus difficile dans le football, c’est de marquer des buts, mais je ne m’inquiète pas. Si on fait les choix justes, on a la capacité de marquer beaucoup de buts.

Contre la Bolivie, le Sénégal a dominé au milieu contrairement face à l’Iran… Est-ce que les joueurs alignés aujourd’hui sont en train de faire les frais de la concurrence en club ?

Non du tout ! On a joué en 4-4-2, et avec Nampalys (Mendy) ou Idy (Gana Gueye), on a contrôlé le milieu, avec notamment Sadio et Boulaye qui décrochaient. Il y a eu beaucoup de fluidité dans le jeu et on s’est créé quatre ou cinq occasions de buts. Nous n’étions pas en difficulté au milieu de terrain. Je pense que c’est de la finition qu’il nous a manquée dans ce match. Le contenu a été intéressant.

Iliman Ndiaye est intéressant en club mais ne joue pas beaucoup en sélection…

C’est la concurrence tout simplement. Quand vous avez des joueurs de devant comme Sadio Mané, Krépin Diatta, Boulaye Dia, il y a une grosse concurrence et un vécu pour ses garçons. Je ne connais très très très bien les qualités d’Iliman Ndiaye, mais il y a une grosse concurrence en Equipe Nationale dans son poste. Malgré tout, j’essaie de lui donner du temps de jeu. C’est un garçon dont je crois en lui. Nous sommes conscients de ce qu’il est capable d’apporter à l’équipe, mais il doit d’abord s’intégrer et, à un moment donné, faire son petit trou. Il est en train de le faire avec les bouts de matchs qu’on lui donne.

Qu’est-ce qui devrait être un complément supplémentaire pour composer votre liste pour la Coupe du Monde ?

C’est un problème de richesse. J’ai beaucoup aimé la mentalité et le travail des garçons pendant ce stage. Ca augmente les choix et la concurrence en ce qui me concerne. Nous essaierons d’avoir un groupe homogène, équilibré et qui vit bien. Ce sera la meilleure façon de défendre les couleurs du Sénégal. Ce que je pourrais rajouter ? Certains garçons qui sont blessés ou qui ne sont pas encore compétitifs comme Edouard Mendy, (Moussa) Niakhaté, Saliou Ciss. J’essaierai de m’asseoir avec tout le staff pour décider du groupe qui ira à la Coupe du Monde. Mais, en réalité, dans le groupe que j’ai, tout le monde mérite d’être à la Coupe du Monde. Je ferai des heureux et des malheureux, mais je dois faire ce choix.

Qu’est-ce que vous vous êtes dit avec votre ami Carlos Queiroz ?

Il m’a dit que je lui fais perdre des cheveux parfois (rires). Mais moi aussi j’ai envie de dire ça. C’est un plaisir de le rencontrer parce que c’est un très grand entraîneur. Il fait partie des entraîneurs sur qui il faut compter. Il joue défensif contre moi à chaque fois ? C’est son choix. Il n’y a pas que lui qui joue bloc bas face au Sénégal. Il a joué comme ça en Egypte (lors du barrage aller pour la Coupe du Monde) mais on avait perdu. On ne peut pas reprocher un entraîneur de jouer comme ça. Ça dépend des joueurs qu’il a et de ce qu’il cherche. Queiroz a eu une identité de jeu dans toutes rencontres qu’on a eues à jouer contre lui. C’était à nous de s’adapter.

wiwsport.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.